L'Abbaye au XXe siècle


Vous êtes ici

Le domaine de Nélie Jacquemart-André

« J’espère que j’aurai Chaalis, c’est mon plus vif désir», « Chaalis, je le désire beaucoup », « un lieu de repos et d’activité, cela est bon et sain car je ne suis qu’une pierre roulante»

Les aléas de l’acquisition

Dans les premiers mois de 1902, alors que Nélie Jacquemart-André voyage en Inde et en Birmanie elle sait que Chaalis est à vendre. Le 27 mars 1902 elle est à Kapurthala au Pendjab, l’invitée du maharadja. Elle prévoit de poursuivre son périple vers le Japon voire le Canada et les États-Unis,  mais elle  prend la voie du retour lorsqu’elle apprend que Chaalis va être bientôt vendu. Elle se dit prête à dépenser 3 500 000 francs pour cette acquisition. Sur le bateau de la P&O qui la conduit vers la France, elle dessine déjà le plan de sa future chambre. De retour à Paris elle assiste à la première vente mobilière qui se tient du 21 au 23 mai 1902 concernant Chaalis et l’hôtel parisien des Murat. Craignant de voir monter les enchères si l’on apprend qu’elle s’intéresse à Chaalis, elle fait paraître dans les journaux un article la disant en Angleterre. Le 14 juin 1902, elle achète le domaine foncier et bâti de Chaalis pour 1 339 198 francs. Une seconde vente mobilière du prince Murat, meubles du château, vases et statues du parc, se déroule à Chaalis à partir du 6 juillet de cette même année. Elle achète alors pour 66 384 francs d’objets, les disputant avec « ces marchands [qui] sont de vrais corbeaux ».  Certains biens seront achetés ou cédés hors vente. Il en est ainsi des ornements de la chapelle qui ont été fort sous-estimés et que le prince Murat demande à Madame André de reprendre un tiers au-dessus de leur prix, ce qu’elle fait. Soucieux de les préserver le prince a fait également déposer chez Gallet, le régisseur, quelques livres qui appartiennent à l’abbaye afin de les soustraire à la vente et de les offrir ensuite à la nouvelle propriétaire.

L’héritière « légitime » du Domaine de Chaalis

Alors qu’elle ne devient officiellement propriétaire qu’à partir du 14 juillet 1902, dès la fin du mois de juin,  elle fait nettoyer le fleuriste, détruire un  massif, déménager l’ancienne cuisine, intervenir les serruriers dans le château, déplacer  les orangers qu’elle n’envisage pas d’acheter et surtout donne l’ordre à son secrétaire d’étudier avec la plus grande attention le cahier des charges, les gages des employés, les étrennes distribuées et demande qu’on lui indique avec précision toutes les charités accordées par ses prédécesseurs, Madame de Vatry, Monsieur Hainguerlot et le Prince  et la Princesse Murat. Elle veut au plus vite avoir des gardes chasse assermentés. Dans l’urgence elle désire également un  abonnement d’un an, à son nom, à la clé des barrières de la forêt Chantilly. Elle a l’intention de rendre visite  au duc et à la duchesse de Chartres. C’était l’administration des Eaux et Forêts qui s’occupait de la concession du droit de circuler en voiture légère dans la forêt d’Ermenonville.

Fervente catholique, il lui faut que cette prise de possession soit placée sous la protection de l’Église : « Le 31 juillet 1902, Monsieur l’abbé Gardey Curé de Saint-Clotilde de Paris est venu pour l’entrée de Madame Edouard André dire la Sainte Messe dans la Chapelle de Chaalis en présence de Monsieur Vigier, son secrétaire, et de tous les serviteurs de la Maison, du Régisseur Gallet, des Gardes, et de Monsieur le Curé de Fontaine-les-Corps-Nuds ainsi que les Sœurs » Signatures d’O. Gardey, curé de la basilique de Sainte-Clotilde et de Maurice Waldner. Dans une copie datée du 28 février 1961 de son testament du 19 janvier 1912, Nélie exprimait son vœu de reposer dans la chapelle de Chaalis mais elle ajoutait qu’elle voulait également que monsieur André puisse y reposer bien qu’il soit protestant, « lui qui a fait toujours tant de bien à tous et aux catholiques. »

 

 

 

Les actualités


Du 07 Mar au 16 Oct 2018

Prix Terre de femmes
                                                                                                                                                     Le 8 mars 2018 ont été décernés les prix "Terre de femmes", pour la France.

En 17 ans d'existence du Prix Terre de Femmes, la Fondation Yves Rocher a...

Du 20 Mar au 20 Mai 2018

Maisons d'écrivain des Hauts-de-France
Le FESTIVAL RÉSONANCES

Le FESTIVAL RÉSONANCES est LE RENDEZ-VOUS BIENNAL des maisons d’écrivain avec le public des Hauts-de-France, à la recherche des correspondances entre les écrivains du Réseau, à la recherche de l’écho de leurs écrits chez les auteurs contemporains.

L'inauguration a eu lieu le mardi 20 mars 2018, jour du printemps, à la maison Jules Verne...

Du 13 Juil au 11 Nov 2018

Pédagogie / Culture

Exposition de photographies
Les jardins de S.A.S. le prince Albert II de Monaco

L'Abbaye de Chaalis  présente de nombreuses photographies du domaine de Rocagel réalisées par Jean-François Leroux

Site pittoresque scandé de falaises abruptes, de chemins sinueux, de grands arbres et d'une rivière, le domaine de Rocagel demeure pour sa plus grande part à l'état de nature.

"Ma mère avait...

Du 13 Sep au 13 Déc 2018

Pédagogie / Culture

Revue de presse : Le Figaro
LE FIGARO

 

Le 12 septembre 2018, le célèbre journal national consacrait à Chaalis un article et une video.

Vous pouvez les découvrir en cliquant sur les liens ci-dessous :

Le lien du dossier sur le site internet du Figaro

L’article et la vidéo sur Chaalis :

Du 15 au 16 Sep 2018

Pédagogie / Culture

Les Journées européennes du patrimoine
La 35ème édition des Journées européennes a connu un vif succès

 

Les Journées euopéennes du patrimoine offrent chaque année à tous les citoyens une occasion unique de découvrir ou redécouvrir les monuments, édifices, jardins qui font notre histoire, notre mémoire commune et le visage de nos territoires mais aussi notre histoire européenne. Initiées par la...

Voir toutes les actualités